Qu’est-ce que « le Demi- Siècle »

 

 

 

 

Le demi-Siècle  est né en 1948. Entre diverses personnalités du secteur public et du secteur privé, s’est développé alors le sentiment que l’après-guerre , dominé par l’impératif de la reconstruction, allait céder la place à une véritable  reconfiguration de la société , dans laquelle il faudrait mobiliser toutes les  énergies et toutes les compétences :et que ceci ne se ferait pas par décret, mais par la mise en commun de talents complémentaires , de rencontres et d’ échanges dépassant les clivages institutionnels habituels .

 

 

Une démarche de praticiens

 

 

En France l’idée dominante était ( et l’est encore parfois )  qu’il y a des gens pour  réfléchir et des gens pour agir. Deux mondes différents , inaptes à dialoguer . Pour contrebattre cette idée , il s’est trouvé quelques esprits convaincus du contraire : estimant que ce ne sont pas les machines qui mènent le monde mais les idées et les croyances , mais que celles-ci avaient besoin d’être incarnées dans le réel. Ce qui voulait dire : approche pragmatique , démarche de praticiens.

 

Il fallait , pour réaliser ce rêve, un esprit pionnier . Ce fut d’abord –et ce l’est toujours –l’amitié. Il fallait aussi une « philosophie « : l’humanisme . Moins au sens littéraire du terme qu’au sens de patrimoine : défense et développement de valeurs communes , indispensables dans un monde de plus en plus technique et parfois menaçant ( c’était l’époque de la guerre froide ). Le cercle initial était composé de cadres ayant atteint cinquante ans : d’ou le nom de Demi-Siècle. Les pères fondateurs se baptisèrent « Jubilaires «

 

 

Une culture originale , parce que transversale

 

 

Le Demi-Siècle de 2007 cultive plus que jamais les valeurs définies en1948. En accueillant à titre de membres associés des personnalités plus jeunes , appelés à devenir jubilaires ultérieurement, il se porte  à l’écoute  de l’actualité. Mais le souci dominant reste l’humanisme : le monde qui paraissait complexe au sortir de la guerre est devenu totalement « technologique » et parfois illisible . Le système éducatif pousse à la spécialisation, alors que le besoin le plus vif , en France comme ailleurs , est celui d’un fond commun de réflexion. D’où la volonté, chez les Jubilaires , de mettre l’accent sur la culture . Au Demi-Siècle , la culture n’est pas la distribution de connaissances des savants aux béotiens : la culture est un échange permanent, un jeu d’allers et retours . Elle est délibérément transversale, et c’est ce qui fait son prix.

 

 

Le Demi-Siècle et son réseau

 

Le Demi-Siècle a d’abord été masculin, et parisien . Pas longtemps . Aujourd’hui ,l’accueil des femmes est entré dans les mœurs , souhaité et recherché. Quant à la politique de développement en réseau, dont tout le monde se prévaut aujourd’hui, la position du Demi-Siècle fut prémonitoire . La manie centralisatrice , renforcée par l’omniprésence de l’Administration en France , étaient autant d’obstacles . Ils furent progressivement balayés ,de sorte que le demi-Siècle forme aujourd’hui une constellation qui dépasse , et de loin, le noyau parisien initial .Il est présent à Nice , Tours , Londres , Stockholm, et des pourparlers sont en cours en Europe.

 

Chaque cercle a sa propre personnalité et sa propre organisation. Le cercle de Paris joue son rôle de fédérateur de façon souple . L’accueil des Jubilaires de province ou des pays voisins est fréquent , de même que les voyages et visites .

 

 

Déjeuners-débats , visites , voyages

 

 

Les activités du Demi-Siècle , à Paris, ont plusieurs facettes :

 

---- Les déjeuners mensuels , au cours desquels un orateur , quelquefois jubilaire mais le plus souvent extérieur ( dirigeant public ou privé, universitaire, magistrat , scientifique ….) nous entretient de son métier et ouvre la discussion ( cf. les « minutes «  dans notre bulletin )

 

---- les visites à caractère culturel : musées , monuments historiques , expositions , avec le concours de spécialistes commentateurs

 

----les voyages  au – delà de nos frontières ,préparés par des équipes réunissant les meilleures compétences professionnelles . Parmi les exemples récents : Saint- Petersbourg, Cracovie, Kiev et Odessa etc …cf. compte  -rendu dans le Bulletin

 

 

Le rayonnement international

 

 

Le Demi-Siècle entretient , en permanence , un réseau de relations internationales, principalement à travers ses antennes dans les pays voisins mais aussi avec les Etats –Unis .

Au moins une fois l ‘an, un dîner de gala donne l’occasion d’inviter un ambassadeur en poste à Paris : les jubilaires peuvent avoir ainsi un débat sans langue de bois et remédier à la tentation trop fréquente de l’auto- satisfaction sur leur propre pays.

C’est l’échange culturel par excellence .

 

 

La main tendue aux jeunes

 

 

L’attribution de prêts d’honneur permet à de jeunes « entreprenants » de démarrer des projets personnels dont ils ont démontré la viabilité. C’est le moyen pour le Demi-Siècle de faire la jonction entre les responsables  que sont les jubilaires et ceux qui prendront le relais .C’est aussi le moyen de  transmettre , si possible , l’esprit de ce cercle : cet esprit humaniste qui sera de plus en plus indispensable dans un monde de plus en plus technique .

 

 

 

Résumons : Humanisme , culture transversale , développement en réseau, ouverture sur le large , main tendue aux jeunes : telles sont les lignes directrices du Demi-Siècle . En  un mot : comprendre la société d’aujourd’hui , préparer la société de demain .